En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Michel Campeau

Photogénie du laboratorium, les chambres noires

3 juillet - 19 septembre

10H00 - 19H30

Insolite, certes, mais ô combien sensuelle, la série Chambres noires de Michel Campeau suscite une émotion à la fois incisive et diffuse : une exquise mélancolie. Ce projet amorcé il y a un peu plus de quatre ans saisit ce momentum de la mort annoncée d’une pratique artisanale de la photographie. Et si l’exploration de ces précieuses chambres noires le mène au constat d’un rituel fondamentalement universel, y prélever leurs traces mnésiques, personnelles et culturelles lui confirme la résistance et surtout cette résilience bien ancrée chez les maîtres artisans de la photographie argentique.
Défenseur invétéré d’une vérité intrinsèque de l’image, Michel Campeau nous invite à en « écouter » les révélations. Aussi nous rappelle-t-il que, à bien des égards, l’expérience du photographique se rapproche intimement de l’analyse psychanalytique. La chambre noire, où se déploie et s’ordonne la source de matériaux plus ou moins volontairement accumulés, n’est-elle pas la métaphore par excellence d’un inconscient toujours à l’œuvre bien malgré lui ? La chambre noire serait au photographe ce que le cabinet de consultation est à l’analyste ; des espaces réservés aux seuls initiés.
« [...] Les images de Michel Campeau sont ainsi archéologiques et doublement : elles sont historiennes et psychanalytiques. Elles retournent aux origines historiques de la photographie comme à ses origines psychologiques, elles en manifestent tout l’archaïsme, l’archaïsme technologique, celui de son invention au début du XIXe siècle, l’archaïsme fantasmatique, celui de la scène originaire, que la photographie rejoue inlassablement. Mais paradoxalement, en même temps qu’elles contribuent à l’historicisation et à la psychanalyse de la photographie, qu’elles en montrent l’obsolescence et la régression, ces images continuent néanmoins d’y participer. [...]* »
Qu’elles soient réalisées dans l’obscurité totale, à l’aide d’une lampe frontale, à la lueur de lampes inactiniques ou tout simplement lorsque les ampoules d’éclairage du lieu sont allumées, ces images semblent provenir d’un au-delà, de l’au-delà de la lucidité. En procédant « à l’aveuglette », par tâtonnements visuels et au gré des captations du  ash électronique, Campeau incorpore à sa pratique quelque rapport ou référence à une métaphysique du toucher.
Avec ses Chambres noires, Michel Campeau nous convie à réfléchir au phénomène photographique lui-même : sa chimie, sa technique, son historicité, sa vérité. Aussi nous place-t-il devant l’évidence que la photographie est en mesure de s’autoanalyser et de se régénérer d’elle-même. Et si la photographie ne saurait mourir qu’à compter du moment où il n’y aurait plus rien à en dire ? En attendant, et jusqu’à nouvel ordre, elle vit, persiste et fait signe.
Céline Mayrand
Insolite, certes, mais ô combien sensuelle, la série Chambres noires de Michel Campeau suscite une émotion à la fois incisive et diffuse : une exquise mélancolie. Ce projet amorcé il y a un peu plus de quatre ans saisit ce momentum de la mort annoncée d’une pratique artisanale de la photographie. Et si l’exploration de ces précieuses chambres noires le mène au constat d’un rituel fondamentalement universel, y prélever leurs traces mnésiques, personnelles et culturelles lui confirme la résistance et surtout cette résilience bien ancrée chez les maîtres artisans de la photographie argentique.Défenseur invétéré d’une vérité intrinsèque de l’image, Michel Campeau nous invite à en « écouter » les révélations. Aussi nous rappelle-t-il que, à bien des égards, l’expérience du photographique se rapproche intimement de l’analyse psychanalytique. La chambre noire, où se déploie et s’ordonne la source de matériaux plus ou moins volontairement accumulés, n’est-elle pas la métaphore par excellence d’un inconscient toujours à l’œuvre bien malgré lui ? La chambre noire serait au photographe ce que le cabinet de consultation est à l’analyste ; des espaces réservés aux seuls initiés.« [...] Les images de Michel Campeau sont ainsi archéologiques et doublement : elles sont historiennes et psychanalytiques. Elles retournent aux origines historiques de la photographie comme à ses origines psychologiques, elles en manifestent tout l’archaïsme, l’archaïsme technologique, celui de son invention au début du XIXe siècle, l’archaïsme fantasmatique, celui de la scène originaire, que la photographie rejoue inlassablement. Mais paradoxalement, en même temps qu’elles contribuent à l’historicisation et à la psychanalyse de la photographie, qu’elles en montrent l’obsolescence et la régression, ces images continuent néanmoins d’y participer. [...] »Qu’elles soient réalisées dans l’obscurité totale, à l’aide d’une lampe frontale, à la lueur de lampes inactiniques ou tout simplement lorsque les ampoules d’éclairage du lieu sont allumées, ces images semblent provenir d’un au-delà, de l’au-delà de la lucidité. En procédant « à l’aveuglette », par tâtonnements visuels et au gré des captations du  ash électronique, Campeau incorpore à sa pratique quelque rapport ou référence à une métaphysique du toucher.Avec ses Chambres noires, Michel Campeau nous convie à réfléchir au phénomène photographique lui-même : sa chimie, sa technique, son historicité, sa vérité. Aussi nous place-t-il devant l’évidence que la photographie est en mesure de s’autoanalyser et de se régénérer d’elle-même. Et si la photographie ne saurait mourir qu’à compter du moment où il n’y aurait plus rien à en dire ? En attendant, et jusqu’à nouvel ordre, elle vit, persiste et fait signe.

Céline Mayrand

Michel Campeau est représenté par la galerie Simon Blais, Montréal.
Michel Campeau a béné cié de l’appui du Conseil des Arts du Canada pour cette exposition.
Exposition réalisée avec le soutien de la Délégation générale du Québec à Paris et le Centre photographique d’Ile-de-France, Pontault-Combault. Encadrements réalisés par Circad.
Projection réalisée par Olivier Koechlin et François Girard, avec une création musicale de Dominique Besson.
Exposition présentée à l’Atelier de Maintenance, Parc des Ateliers.
Michel Campeau est représenté par la galerie Simon Blais, Montréal.
Michel Campeau a bénéficié de l’appui du Conseil des Arts du Canada pour cette exposition.
Exposition réalisée avec le soutien de la Délégation générale du Québec à Paris et le Centre photographique d’Ile-de-France, Pontault-Combault.
Encadrements réalisés par Circad.
Projection réalisée par Olivier Koechlin et François Girard, avec une création musicale de Dominique Besson.
Exposition présentée à l’Atelier de Maintenance, Parc des Ateliers.