Mise en scène
une sélection de projets photographiques de la Nuit de l’année des Rencontre d’Arles 2022

ZiWU the Bridge présente MISE EN SCÈNE : une sélection de projets photographiques de la Nuit de l’année des Rencontre d’Arles 2022, une exposition organisée par Meta Media et les Rencontres d’Arles, et co-hébergée par le Three Shadows Photography Art Center. Le programme de la Nuit de l’année, élaboré par Christoph Wiesner et Aurélien Valette, est cette année présenté à Shanghai. Le commissariat de l’exposition est assuré par l'équipe de ZiWU, qui a sélectionné 21 projets photographiques et donné carte blanche à des institutions de la Nuit de l'année de la 53e édition des Rencontres d'Arles. Présentée à la Modern Art Base, l’exposition comprend quatre sections – « La promesse du retour », « Hyperréalité de la substance », « L’unique séparation, intérieur et extérieur » et « Autant en emporte le vent » – qui représentent respectivement la dispersion, l'image, la traçabilité et l'identité. Ces images, relatives à un contexte sociale donné, sont intrinsèquement liées les unes aux autres à travers la scénographie. La déambulation à travers cet environnement d’écrans et d’images crée une appréhension inédite des œuvres, où flux et circulation d'énergie sont étroitement imbriqués : le spectateur se trouve au cœur de la pratique créative.

En 2004, le festival a lancé la Nuit de l'année, événement incontournable de la semaine d’ouverture. Tous les ans, sur le site des anciennes papeteries Étienne, plus de 40 propositions photographiques sont montrées au public en boucle sur des écrans. Ces projections en plein air sont caractéristiques du festival de photographie.

L’artiste française Harilay Rabenjamina ouvre l’exposition avec Is This My Bio ?, qui interroge avec humour la relation entre identité, cognition et construction personnelle. Le premier chapitre, « La promesse du retour », lève le voile sur la mémoire profonde avec Sleeping Beauties, de Vincent Baillais et Julien Guintard, Living Room de Jana Sophia Nolle, ou encore Arquitectura Libre d'Adam Wiseman. Les voitures poussiéreuses des sous-sol parisiens, les abris de fortune en carton recréés dans de riches salons berlinois aisé et les fantastiques maisons de la campagne mexicaine sont des objets abandonnés enfouis dans la mémoire, mais ils laissent une trace dans l'espace, qui devient ainsi un paysage spirituel à la mémoire du passé.

Le deuxième chapitre, « Hyperréalité de la substance », s’intéresse à la relation entre la variété des possibles et l'espace, et examine les façons de reconfigurer le corps. Dans Atlas of Voids et Transfection, ces images intenses ne représentent pas l'hétérotopie de la réalité, de la matière et de la scène, mais construisent une nouvelle utopie.

Le troisième chapitre, « L’unique séparation, intérieur et extérieur », met en évidence la détresse des humains liée à la terre natale : croyances mystiques écossaises dans Lost Tales, A World in Between, montagne Fuji dans Fujinoyamai-Incurable Maladie, Algérie contemporaine dans Cartes postales d’un endroit qui vous est méconnu, personnes déplacées lors de l'effondrement d'un immeuble à Marseille en 2018 (Unworthy Roof). La dispersion rend les échos du pays natal à la fois lointains et subtils.

Les huit projets photographiques du dernier chapitre, « Autant en emporte le vent », se penchent sur la juxtaposition des cultures, des histoires et des réalités sociales, qui fait se rencontrer des personnes vivant dans des contextes différents. L'exposition revient sur la question de l'identité dans Do you See the Clouds Wrapping the Sky : « Que signifie le fait d’avoir une “identité” ? Peut-être s’agit-il tout simplement d’une énigme, d’un amalgame d’éléments divers. »."

En présentant des projets photographiques français et internationaux variés, tant d’un point de vue thématique qu’artistique, l'exposition permet au public de Shanghai de découvrir les dernières créations photographiques internationales, et d’ouvrir des réflexions sur la photographie et sa relation avec la société et les sciences humaines. Enfin, tout en stimulant la création photographique locale chinoise, elle favorise la communication et l’inventivité de la photographie contemporaine chinoise et française.

INFORMATIONS 

ZiWU Film Programme
MISE EN SCÈNE : une sélection de projets photographiques de la Nuit de l’année

Commissaires : Christoph Wiesner, Aurélien Valette

Commisaires de l’exposition à Shanghai : Claire Pan, Eric Guo

Du 3 septembre au 9 octobre 2022

Horaires d’ouverture : du mardi au dimanche, de 11 à 20 heures (fermé le lundi et pendant les vacances scolaires)

Adresse : Building 2, 10 Middle Jianguo Road, Huangpu, Shanghai
  • Partenaires institutionnels

    • République Française
    • Région Provence Alpes Côté d'Azur
    • Département des Bouches du Rhône
    • Arles
    • Le Centre des monuments nationaux est heureux de soutenir les Rencontres de la Photographie d’Arles en accueillant des expositions dans l’abbaye de Montmajour
  • Grands partenaires

    • Fondation LUMA
    • BMW
    • SNCF
    • Pernot Ricard
    • Kering
  • Partenaires médias

    • Arte
    • Lci
    • Konbini
    • Le Point
    • Madame Figaro
    • France Culture