Western Camarguais

4 juillet - 28 août

10H00 - 19H30

10 euros

Billetterie forfaits

Les premiers films d’aventure inspirés par la conquête de l’Ouest américain ont été tournés en Camargue avant la Première guerre mondiale par les pionniers du cinéma muet. Cette histoire singulière qui fait du delta du Rhône le décor de nombreux films réalisés au cours du XXe siècle débute en 1905, à Paris où le Wild West Show de Buffalo Bill se produit. Parmi les spectateurs, Folco de Baroncelli, émerveillé, voit se dérouler les scènes des romans de son enfance. Après le spec- tacle, il va à la rencontre de Joë Hamman, un jeune Français recruté par le show pour sa connaissance des Indiens, ses talents d’acteur, de cavalier et de cascadeur.
L’aventure se poursuit en Camargue où Joë Hamman et le réalisateur Jean Durand sont invités par Folco de Baroncelli à tourner une série de lms considérés comme les premiers westerns de l’histoire du cinéma. Le village des Saintes-Maries-de-la- Mer, les gardians et le bétail de la manade Baroncelli participent à de nombreux tournages que la guerre de 1914 interrompt.
La paix revenue, la production cinématographique renoue avec la Camargue qui o re son décor naturel, sa lumière et ses gurants aux réalisateurs de lms d’aven- ture. Après Baroncelli, d’autres manadiers se prêtent au jeu d’intrigues mettant en scène des gardians, gitans et « Caraques blondes » stéréotypés. Filmée sous l’angle de ses singularités, la Camargue y apparaît comme une terre sauvage où la liberté fait droit.
Portés par la vague du retour au « naturel » des années 1960-1970, Crin-Blanc et Folco parcourent le monde et invitent les enfants devenus grands à venir vivre libres et sans contraintes entre les deux bras du Rhône et
la mer, « dans une île où les enfants et les chevaux sont toujours des amis », là où la vie de Johnny va commencer et où celle d’Ulysse, le cheval de Fernandel, nira parmi les siens.
L’exposition retrace cette épopée à travers des photographies, des affiches, des objets et des extraits de films.
Estelle Rouquette
Les premiers films d’aventure inspirés par la conquête de l’Ouest américain ont été tournés en Camargue avant la Première guerre mondiale par les pionniers du cinéma muet. Cette histoire singulière qui fait du delta du Rhône le décor de nombreux films réalisés au cours du XXe siècle débute en 1905, à Paris où le Wild West Show de Buffalo Bill se produit. Parmi les spectateurs, Folco de Baroncelli, émerveillé, voit se dérouler les scènes des romans de son enfance. Après le spectacle, il va à la rencontre de Joë Hamman, un jeune Français recruté par le show pour sa connaissance des Indiens, ses talents d’acteur, de cavalier et de cascadeur.

L’aventure se poursuit en Camargue où Joë Hamman et le réalisateur Jean Durand sont invités par Folco de Baroncelli à tourner une série de films considérés comme les premiers westerns de l’histoire du cinéma. Le village des Saintes-Maries-de-la- Mer, les gardians et le bétail de la manade Baroncelli participent à de nombreux tournages que la guerre de 1914 interrompt.

La paix revenue, la production cinématographique renoue avec la Camargue qui offre son décor naturel, sa lumière et ses figurants aux réalisateurs de films d’aventure. Après Baroncelli, d’autres manadiers se prêtent au jeu d’intrigues mettant en scène des gardians, gitans et « Caraques blondes » stéréotypés. Filmée sous l’angle de ses singularités, la Camargue y apparaît comme une terre sauvage où la liberté fait droit.

Portés par la vague du retour au « naturel » des années 1960-1970, Crin-Blanc et Folco parcourent le monde et invitent les enfants devenus grands à venir vivre libres et sans contraintes entre les deux bras du Rhône et
la mer, « dans une île où les enfants et les chevaux sont toujours des amis », là où la vie de Johnny va commencer et où celle d’Ulysse, le cheval de Fernandel, finira parmi les siens.

L’exposition retrace cette épopée à travers des photographies, des affiches, des objets et des extraits de films.

Estelle Rouquette

Commissaires de l’exposition : Estelle Rouquette
et Sam Stourdzé.
Exposition coproduite par le musée de la Camargue et les Rencontres d’Arles, réalisée en partenariat avec le Palais du Roure, Avignon, et l’association Claude Schwartz.
Publication : Western camarguais,
éditions Actes Sud/musée de la Camargue/ Rencontres d’Arles, 2016.
Tirages, wallpaper et encadrements réalisés par l’atelier Sunghee Lee, Arles.
Commissaires de l’exposition : Estelle Rouquette et Sam Stourdzé.
Exposition coproduite par le musée de la Camargue et les Rencontres d’Arles, réalisée en partenariat avec le Palais du Roure, Avignon, et l’association Claude Schwartz.
Publication : Western camarguais, éditions Actes Sud/musée de la Camargue/Rencontres d’Arles, 2016.
Tirages, wallpaper et encadrements réalisés par l’atelier Sunghee Lee, Arles.