En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Artiste présenté par John Fleetwood

Sammy Bajoli

2 juillet - 23 septembre

10H00 - 19H30

Les images de Baloji évoquent l’exploitation des hommes, terres, paysages. Sa série Kolwezi est un simple portrait d'une économie globale, révélant ses conséquences complexes et intenses à travers des couches de sens et de narration qui se superposent. John Fleetwood KOLWEZI 2006, les premières élections démocratiques ont lieu au Congo. On note alors une forte demande de cuivre et de cobalt. Plusieurs investisseurs internationaux se ruent vers le Katanga. Parmi eux, la Chine promet de réhabiliter l’infrastructure congolaise en échange de l’exploitation des ressources minières katangaises. Suite à la série Mémoire réalisée sur la Gécamines (2004-2006), je documente depuis 2009 l’extraction minière artisanale à Kolwezi. Apparue peu après la chute de la Gécamines, l’exploitation artisanale, soutenue par le gouvernement, est devenue vitale pour tous les Katangais. Du fait de cette instabilité économique et territoriale, les mineurs habitent des cités de bâches à proximité des zones d’extraction. Ces espaces d’habitation et d’exploitation sont temporaires et peuvent devenir soudainement propriété des industriels suite aux contrats signés entre l’État et les investisseurs. L’extraction se déroule dans des sites miniers autrefois forés par des engins industriels, à plus de 100 mètres de profondeur. Munis de pioches, les mineurs descendent à la recherche de l’hétérogénite. Pour l’extraire, ils doivent excaver des tunnels de 60 à 100 mètres de profondeur, avant d’atteindre le filon. Ensuite, ils remontent, chargés de plus de 50 kilos. Ils sont fréquemment victimes d’éboulements mais ces pertes n’arrêtent pas la marche vers l’or. Dans ces cités, j’ai été frappé par les
affiches chinoises qui décorent les façades et illustrent de grandes villes occidentales ou asiatiques. Sorte de Congo de demain. Je les intègre donc dans mon travail comme le prolongement utopique d’un futur né de l’exploitation artisanale, de l’exportation des minerais et du déplacement continu des populations.
Sammy Baloji
affiches chinoises qui décorent les façades et illustrent de grandes villes occidentales ou asiatiques. Sorte de Congo de demain. Je les intègre donc dans mon travail comme le prolongement utopique d’un futur né de l’exploitation artisanale, de l’exportation des minerais et du déplacement continu des populations.

Sammy Baloji

Tirages réalisés par Processus, Paris. Encadrements réalisés par Plasticollage, Paris.
Exposition présentée à l’atelier de Mécanique, parc des Ateliers.
Tirages réalisés par Processus, Paris.
Encadrements réalisés par Plasticollage, Paris.
Exposition présentée à l’atelier de Mécanique, parc des Ateliers.