En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

ENSP 2013, UNE ATTENTION PARTICULIERE

1 juillet - 22 septembre

10H00 - 19H30

L’exercice n’est pas simple : porter « une attention particulière » à quatre jeunes diplômés appartenant à la promotion 2013 de l’ENSP. Il s’agit ici de montrer quatre regards très différents, ancrés dans le réel, s’en éloignant parfois pour mieux y revenir, où l’intime et le politique se rencontrent. Autant de problématiques abordées par ces jeunes artistes animés par un même engagement, celui d’une interrogation permanente face à l’immensité des possibles de la création. Pour Jeannie Abert, la photographie est un point de départ : elle l’utilise comme base de recherche expérimentale et travaille depuis plusieurs années sur l’assemblage de fragments d’images. La série Révolutions est un ensemble de collages réalisés à partir d’images collectées dans la presse au début des affrontements qui ont soulevé le monde arabe en 2011. Les images sont pour Claire Cocano le lieu d’interrogations. En 2012, elle réalise en Espagne la série Ceniza (Cendre) sur la transformation du paysage dans les territoires incendiés. Au-delà d’un simple constat d’actualité, ces images proposent une réflexion entropique sur le monde. L’écart entre le réel et sa représentation se trouve renforcé par la perte d’échelle et la distance au sujet. Le travail d’Edwin Fauthoux-Kresser alliant photographie, écriture et vidéo, s’attache à explorer la perception du paysage et de ses variations, notamment à travers la dimension poétique et fictionnelle du discours scientifique. L’Instabilité des phénomènes est rythmé par un récit qui puise sa voix et sa matière dans les archives d’un hydrologue. Quant aux photographies de Leslie Moquin, elles attestent d’une vision du monde centrée sur les formes, les matières et les couleurs. La série Permadusk est un travail inspiré de la science-fiction : paysages désolés, vestiges de présence humaine, figures animales... La lumière ne parvient plus à percer le voile cendré qui semble peser sur ce monde, c’est le crépuscule permanent. arvient plus à percer le voile cendré qui semble peser sur ce monde, c’est le crépuscule permanent.
À la veille de leurs diplômes, ces quatre étudiants ont été sélectionnés par un jury constitué de Yannick Bouillis, commissaire d’exposition et responsable de Offprint Paris, de Pascale Giffard, responsable des expositions pour les Rencontres d’Arles, et de Laetitia Talbot, commissaire d’exposition.

Exposition présentée à l’Atelier de la Mécanique, parc des Ateliers.