En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Partenaires

Louie Media x Rencontres d'Arles

Louie Media a imaginé cinq épisodes hors-série au sein des podcasts Fracas, Travail (en cours) et Émotions, donnant la parole à plusieurs photographes exposés aux Rencontres d'Arles.

Photographier pour dire l'époque - avec Sabine Weiss

Dans cet épisode, Sabine Weiss raconte son parcours de photographe qui épouse celui du XXème siècle. Contemporaine de Robert Doisneau et Willy Ronis, assimilée à ce courant de photo humaniste, on trouve sur ses clichés le Paris des années 50, les gamins des rues, des clochards et des chevaux qui se cabrent. Mais elle a aussi fait de la photo de mode, de célébrités, saisi les visages de Giacometti ou de Miro, parcouru le monde de l'Egypte aux Etats-Unis. Elle explique comment tout a commencé, en Suisse, dans son pays natal, commente certaines de ses photos et évoque pourquoi, aujourd’hui, elle n’en prend plus.

S'approcher différemment grâce à l'image - avec Clarisse Hahn

Dans cet entretien, Clarisse Hahn évoque son travail et la manière dont l'image permet d'entamer un dialogue. Les Princes de la rue s’inscrivent dans les Boyzone, « travail au long cours dans lequel Clarisse Hahn observe ces situations où, écrit l’historien de la photo Michel Poivert, le corps des hommes chorégraphie leurs rapports à l’espace public comme dans l’intimité. Des corps, des regards : les films et les photographies de Clarisse Hahn consacrés aux communautés et aux rituels vont au-delà du consentement de l’Autre à être regardé. Ils montrent comment l’être social peut faire du regard que l’on porte sur lui un moyen d’expression : se donner à voir sans se faire avoir. »

Trouver sa grammaire visuelle - avec Stéphan Gladieu

Stéphan Gladieu expose une série sur la Corée du Nord, sur laquelle il s’est demandé : comment se fait-il qu’elle n’ait jamais vacillé alors que tant d’autres régimes autoritaires se sont disloqués ? Il a donc obtenu des autorités le droit de photographier les citoyens, et capture des images rares en jouant avec les codes de la propagande. Comment trouve-t-on son langage photographique ? Sa manière de raconter par l'image ? Il se confie sur sa carrière de reporter, raconte son chemin vers un travail moins journalistique et la manière dont il a trouvé sa grammaire visuelle.

Travailler avec ses proches : mission impossible ou bénédiction ?

Dans ce nouvel épisode de Travail (en cours), la journaliste Pauline Josse se demande comment font les personnes qui travaillent avec leurs proches. Pour ça, elle s’est plongée dans le monde des artistes, où l’interpénétration entre vie professionnelle et personnelle est souvent une source d’inspiration essentielle. Elle a interrogé deux couples d’artistes qui travaillent ensemble au quotidien : Smith et Nadège Piton, ainsi que le binôme Chow et Lin. 

Pourquoi regarder une œuvre d’art ne nous procure pas à tou·te·s la même émotion ?

Regarder une œuvre d’art : longtemps, intensément ou encore insensiblement. Que peut bien nous procurer le regard que l’on pose sur une œuvre d’art ? Quelles émotions peuvent jaillir de et en nous ? Et à quoi cela est dû ? Dans cet épisode d’Émotions, la journaliste Marie Salah part à la rencontre des photographes Marie Tomanova et Massao Mascaro. Tous deux exposent leurs travaux aux Rencontres d'Arles, dans le cadre du Prix Découverte Louis Roederer : Sub Sole pour Massao Mascaro et It was once my universe pour Marie Tomanova.
Posté le 03.08.2021