En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Partenaires

L'escale photographie de Tënk

Pour la troisième année consécutive, Tënk fait écho aux Rencontres de la photographie d’Arles, avec une sélection de 6 films dans lesquels la photographie occupe une place, qu’elle soit centrale ou en bordure, qu’elle en soit le sujet ou le médium.

Lorsque Josef Koudelka cadre, ce sont des petits pas, d’un côté, de l’autre, puis encore de l’autre. Dans Koudelka Shooting Holy Land, son assistant Gilad Baram le filme sur les terres de Palestine, à la recherche de nouvelles images, mais aussi d’images à refaire. Il le filme qui attend et tâtonne, pas d’un côté, pas de l’autre, au milieu des bétons, des barrières et des barbelés, pour fixer sur ses larges pellicules une obsession : ce que c’est qu’un mur.

"Shooting" : en français, littéralement : "tirer". Si Koudelka affirme qu’il n’a jamais été dans un pays en guerre (Mais la Tchécoslovaquie ? Mais Israël ?), les photographes qui témoignent dans Shooting the Darkness n’y avaient jamais été non plus, jusqu’à ce que la guerre arrive à eux. Ils photographiaient la reine d’Angleterre et les concours bovins, les mariages et les menues actus de leur ville, Belfast. Et se sont soudain retrouvés au milieu des tirs et des attentats, avec cette nouvelle mission : photographes de guerre. C’est-à-dire, souvent, shooter la violence et les morts. Le film revient sur les moments décisifs qui ont "fabriqué" certaines photos célèbres, mais aussi et surtout sur ce que ça veut dire, politiquement et intimement, de témoigner de tels événements.

Le Monde de Luigi Ghirri est un film qui approche le travail du photographe italien d’une manière affective, en tentant de rejoindre ce que pouvait être son regard : quelque chose de kodachrome, attentif aux formes, un peu pastel parfois, donc avec de la joie et un peu de mélancolie. Gianni Celati, célèbre écrivain italien, réalise un film sur son ami photographe, et va de rencontre en rencontre pour faire un portrait : le portrait parlé d’un regard.

Le photographe de Distant Constellation n’est pas au travail. Il se repose, il a tout le temps de se reposer, de se souvenir. Dans ce film qui fait une série de portraits dans une maison de retraite à Istanbul, la photographie n’est pas centrale, mais il y a ce photographe. Qui semble être déjà parti assez loin du monde, et qui pourtant, de son passé, garde ce regard qui a besoin de fixer des images, de viser dans l’œilleton, et, lorsque la lumière se fait soudain parfaite sur un visage, de déclencher – fixer un instant de plus, qui s’ajoute à tous les autres.

Tënk propose également deux courts métrages, qui utilisent la photographie comme matière première : Tony Donoghue prône la sobriété. Si chacun pouvait faire un film dans sa "paroisse", ce serait pas mal. Au lieu de dépenser des tonnes de carbone pour filmer l’autre bout du monde. 6 Farms, A Film From My Parish, c’est bien ça : "6 fermes, un film dans ma paroisse". Est-ce par sobriété qu’il décide, pour faire ses 6 portraits de fermes locales, elliptiques et poétiques, de ne pas filmer, mais de photographier ? Quitte à photographier presque le mouvement continu ? 25 images par secondes, est-ce bien nécessaire ?

Autre film qui utilise la photographie pour construire son discours : Guillermina. Ici, ce sont les images fixes et leur accumulation qui viennent apporter un sens nouveau au récit que nous fait une voix-off. La photographie comme archive : des dizaines de femmes noires, nourrices, posant aux côtés des enfants blancs dont elles s’occupaient, à Cuba, dans la première moitié du 20e siècle. Des femmes noires qui dans l’image petit à petit s’effacent, parce que leur peau est sous-exposée, ou bien tout simplement parce qu’on les cache : esclaves utiles à accompagner l’enfant, mais qui n’ont pas ce droit : être fixées par l’image photographique, rester dans des archives de famille, rester dans l’histoire…

En arpentant les rues d’Arles ou en passant de film en film ici-même : contournons soigneusement les clichés, creusons les images, interrogeons leur fabrication, les façons de fixer et de raconter le monde. 

Voir les films
Posté le 02.08.2021