En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Prix

Serendipity Arles Grant 2020 annonce le gagnant de la bourse artistique la plus prestigieuse de l’Asie du Sud

SAG 2020 a sélectionné un gagnant parmi 10 finalistes issus des pays d’Asie du Sud et spécialisés dans la photographie, la vidéo et les nouveaux médias.

Serendipity Arles Grant (SAG) 2020 vient d’annoncer le gagnant de la prestigieuse bourse pour la photographie, la vidéo et les nouveaux médias en Asie du Sud : Purushothaman Sathish Kumar, de Kanchipuram, en Inde. Sathish bénéficiera d’une bourse de 1 200 000 INR (environ 15 000 euros) pour développer son projet et le présenter aux Rencontres d'Arles en 2022. Le jury avait retenu dix dossiers parmi des centaines de candidatures en provenance de nombreux pays tels l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bhoutan, l’Inde, le Myanmar, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka. L’appel à candidatures a été lancé en 2020 par Serendipity Arts Foundation et Les Rencontres d’Arles, une initiative soutenue par l’Institut français en Inde.

D’un montant exceptionnel, le dispositif vise à mettre en avant les artistes des pays susmentionnés, à stimuler la coopération régionale et à promouvoir les pratiques culturelles en Asie du Sud. Le jury de SAG 2020 est composé de divers représentants du monde des arts : Christoph Wiesner, directeur des Rencontres d’Arles ; Dayanita Singh, photographe et auteure ; Devika Singh, conservatrice au département d’art international de la Tate Modern ; Ravi Agarwal, artiste, activiste environnemental, écrivain et conservateur ; Smriti Rajgarhia, directrice de Serendipity Arts Foundation & Festival et Tanzim Wahab, conservateur et enseignant.

Mme Smriti Rajgarhia, directrice de Serendipity Arts Foundation & Festival, n’a pas manqué de féliciter le gagnant, insistant sur la primauté du partenariat avec les Rencontres d’Arles : « Nous tenons à féliciter Purushothaman Sathish Kumar, gagnant de la bourse SAG 2020. Nous sommes impatients d’admirer son travail et d’exposer son projet lors de la prochaine édition du Serendipity Arts Festival. Nous sommes ravis de notre collaboration avec Les Rencontres d’Arles, qui nous aide à soutenir les artistes issus des pays d’Asie du Sud et à promouvoir leur travail sur une plateforme internationale. »

M. Christoph Wiesner, directeur des Rencontres d’Arles, a tenu à souligner l’importance de cette collaboration : « La collaboration entre les deux festivals représente une formidable occasion de révéler et de soutenir chaque année à Arles un nouveau projet parmi la grande variété et qualité des œuvres produites par les photographes d’Asie du Sud. Bravo à Purushothaman Sathish Kumar, notre lauréat 2020-2021 SAG, dont j’aurai l’immense plaisir de présenter le travail à Arles en 2022. »

Au sujet de la bourse, Son Excellence Emmanuel Lenain, Ambassadeur de la France en Inde, a déclaré : « Mes plus sincères félicitations à M. Purushottam Sathish Kumar pour son obtention de la bourse SAG 2020. La France a hâte de l’accueillir aux Rencontres d’Arles, un événement connu pour réunir le meilleur de la photographie contemporaine dans le monde ainsi qu’un festival avec lequel l’Inde a su établir un partenariat durable. Le soutien apporté par la France à ce programme – un soutien d’autant plus crucial compte tenu de l’impact néfaste de la pandémie – atteste de son attachement aux arts, au dialogue culturel et à la communauté artistique. Je remercie la direction et l’équipe de Serendipity Arts d’avoir lancé cette bourse indispensable pour les arts visuels et l’expression créative. Les photographes ne sont-ils pas les artistes les plus aptes à partager, rapprocher et représenter le monde qui nous entoure ? »

Afin de faire valoir l’excellence des candidatures reçues, SAG accordera une bourse de production aux dix finalistes retenus, qui auront également l’opportunité d’exposer leur travail au cours de la prochaine édition du Serendipity Arts Festival.

Pour plus d’informations sur la bourse ainsi qu’une biographie complète des dix finalistes, veuillez consulter le site Serendipity Arts Foundation.


Serendipity Arts Foundation
Serendipity Arts Foundation est une fondation à but non lucratif ayant pour mission de promouvoir et de soutenir les artistes d’Asie du Sud. La fondation encourage les nouvelles stratégies de création, les interventions artistiques et les partenariats culturels réactifs adaptés au milieu social, culturel et environnemental de l’Asie du Sud. Conçus et initiés par des partenariats innovants avec des collaborateurs venus d’horizons variés, les programmes de la fondation favorisent l’éducation, la croissance sociale, le développement communautaire et l’interdisciplinarité dans les arts.

Serendipity Arts Festival
Événement pluridisciplinaire ayant lieu chaque décembre à Goa, le Serendipity Arts Festival est l’initiative principale et le projet le plus ambitieux de la Serendipity Arts Foundation. Organisé par un panel d’éminents artistes et de figures institutionnelles, le festival est une entreprise culturelle à long terme ayant pour ambition d’inciter des changements positifs à grande échelle dans le domaine des arts en Inde. Couvrant les arts visuels, culinaires et performatifs, sa programmation inclut la danse, la musique, l’art visuel, l’art performatif, les travaux manuels, la photographie, le cinéma et le théâtre. Le festival aborde des questions essentielles telles l’éducation artistique, la pédagogie, le mécénat, l’interdisciplinarité et l’accès à l’art. Riche en expositions et performances, la programmation est dynamisée par des espaces conçus pour stimuler l’engagement éducatif et social.

Les Rencontres d’Arles
Fondé en 1970, Les Rencontres d’Arles est le premier festival de photographie de renommée internationale. Une vingtaine de sites historiques dans la ville accueillent près de quarante expositions au cours de l’été. Durant la semaine d’ouverture, des événements ont lieu chaque soir dans le théâtre Antique. Les dernières tendances photographiques sont analysées dans le cadre de tables rondes, de conférences et de synthèses de portfolios. Tout au long de l’année, de nombreux événements et ateliers pédagogiques sont organisés et animés par des photographes célèbres. Chaque été, le festival révèle des courants, explore des territoires nouveaux et décrypte des images, générant du sens et du contenu. Véritable laboratoire d’expérimentation, Les Rencontres d’Arles invitent les artistes et les spectateurs à réfléchir à l’état du monde et réinventent la photographie par le métissage, la transmission et l’assimilation. Les interactions et conversations interdisciplinaires attestent de sa vitalité et de son dynamisme. La capacité de la photographie à soulever des problématiques non seulement artistiques mais aussi sociales, culturelles et historiques continue de nous surprendre. Les bien nommées Rencontres de la Photographie font écho à des pratiques historiques et contemporaines tout en les promouvant.

L’institut français en Inde
L’institut français en Inde (IFI) est le service éducation, science et culture de l’ambassade française. L’institut a pour mission de développer les échanges et les partenariats académiques, artistiques, culturels et scientifiques entre différents établissements de recherche et d’enseignement supérieur, tout en favorisant la mobilité étudiante et l’apprentissage de la langue française. La collaboration franco indienne opère dans de nombreux secteurs :  Arts & Culture, Livres & Idées, Langue française & Éducation, Programme d’études en France, Partenariats académiques, Recherche et coopération scientifique, sans oublier Innovation & Multimédia.
 

LE JURY
Christoph Wiesner a intégré la galerie Esther Schipper en 1997, d’abord en tant que collaborateur, puis en tant que directeur. En 2012, il est revenu en France occuper le poste de directeur principal de la galerie Yvon Lambert à Paris. Deux ans plus tard, en 2015, il est devenu directeur artistique de Paris Photo, où il cherche de nouvelles galeries et de nouveaux éditeurs, développant l’ouverture sur l’émergence et le film qu’encadre chaque année une programmation culturelle renouvelée.

Dayanita Singh utilise la photographie pour réfléchir aux différents rapports que nous entretenons avec l’image photographique. Ses travaux les plus récents, tirés de son œuvre considérable, consistent en une série de musées mobiles qui permettent à ses images d’être exposées, modifiées, séquencées et archivées à l’infini. Inspirés par l’intérêt que porte l’artiste aux archives, les musées présentent ses photographies comme un ensemble d’œuvres interconnectées riches en possibilités poétiques et narratives. L’artiste est également active dans le monde de l’édition : dans ses livres, souvent dépourvus de texte, Dayanita Singh prolonge ses expériences sur les formes alternatives de production et de visualisation de la photographie.

Devika Singh est conservatrice au département d’art international de la Tate Modern. Ses écrits ont été publiés dans de nombreux catalogues d’exposition, magazines et journaux, dont Frieze, Art Press, MARG, Art History, Modern Asian Studies, Journal of Art Historiography et Third Text. Singh a été chercheuse Smuts au centre d’études de l’Asie du Sud de l’Université de Cambridge et chercheuse au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris. Elle a organisé les expositions Planetary Planning (Dhaka Art Summit, 2018) et Homelands: Art from Bangladesh, India and Pakistan (Kettle’s Yard, Cambridge, 2019-20) et coorganisé l’exposition Gedney in India (Jehangir Nicholson Art Foundation, CSMVS, Mumbai, 2017 ; Duke University, 2018).

Ravi Agarwal est artiste, militant environnemental, écrivain et commissaire. Par le biais de photos, de vidéos et d’installations, il explore les enjeux contemporains que sont l’écologie, la société, l’espace urbain et le capital. Il a participé à de nombreuses expositions, dont la Biennale de La Havane (2019), Yinchuan (2018), Kochi (2016), Sharjah (2013), Documenta XI (2002), etc. Il a coorganisé Yamuna-Elbe project, un projet indo-allemand consacré à l’art et l’écologie (2011) et Embrace our Rivers, un projet indo-européen à Chennai (2018). Il a été commissaire du Serendipity Arts Festival en 2018 et en 2019. Son travail est inclus dans plusieurs collections publiques et privées. Ravi Agarwal a également édité et rédigé plusieurs livres et articles. Il est le fondateur et le directeur de l’ONG pour l’environnement Toxics Link et le récipiendaire du prix UN award for Chemical safety et de la bourse Ashoka.

Smriti Rajgarhia est directrice de Serendipity Arts Foundation & Festival. Architecte de formation et titulaire d’un master en design, Smriti Rajgarhia a commencé sa carrière dans l’art il y a quatorze ans, en travaillant pour une collection d’archives privées à New Delhi, où elle a fini par créer un espace d’exposition. C’est à cette époque qu’elle s’est intéressée aux différentes manières de rendre l’art accessible au public et de contextualiser l’art dans la région grâce à l’éducation et à la sensibilisation. Elle a également conçu des expositions consacrées à l’histoire et à la pertinence des archives. Actuellement, Smriti Rajgarhia dirige la Serendipity Arts Foundation et le Serendipity Arts Festival, laissant libre cours à sa passion pour l’art et le design en créant des opportunités uniques pour des individus créatifs. Avec ces deux plateformes, elle s’évertue à explorer de nouvelles formes de représentations en recontextualisant le genre de programmation que doivent mettre en place les institutions afin de stimuler l’intérêt du public pour les arts en Inde. Elle s’intéresse également à la transformation des espaces urbains pour y exposer de l’art et s’interroge à propos de l’impact qu’ont l’art et les interventions culturelles sur les villes, les états et les pays.

Tanzim Wahab est enseignant et conservateur en chef de la Bengal Foundation, à Dhaka. Sa pratique se concentre sur les correspondances entre l’éducation alternative et l’art contextuel en Asie du Sud. Il a dirigé plusieurs projets et expositions, dont Breaking Ground: Modern Art in Transition, qui présentait le travail des artistes modernistes contextuels du Bengladesh, et Subtext, un pseudo-box de lecture dans un cube blanc étudiant la symbiose entre l’art basé sur le texte et le texte basé sur l’art. Tanzim Wahab a été directeur adjoint de l’institut Pathshala South Asian Media Institute et commissaire des éditions 2013, 2015, 2017 et 2019 du festival Chobi Mela, à Dhaka. Il a participé à plusieurs programmes, parmi lesquels Art for Social Change, aux États-Unis et Art Think South Asia (ATSA), en Inde. Il est actuellement maître de conférences à l’institut Pathshala South Asian Media Institute.

 
À PROPOS DE SATHISH KUMAR
Sathish Kumar est né en 1986 et a grandi à Kanchipuram, en Inde. « Pendant les vacances scolaires, je passais presque tout mon temps dans le studio photo de mon oncle, qui m’a encouragé à faire de la photographie mon occupation principale. Il m’a offert un appareil photo automatique que j’emmenais partout : aux pique-niques de mon école, sur les terrains de cricket, etc. Je prenais mes amis et tout ce qui m’entourait en photo. Je voulais consigner mon quotidien, chaque rencontre et chaque voyage, afin de créer une expression de moi-même, de ma vie et de mon environnement. Je suis actuellement photographe free-lance à Chennai, en Inde. »
Posté le 01.03.2021