En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

UN ENJEU DE MASSE : DE LA DIFFUSION DE LA PHOTOGRAPHIE À LA GESTION DES ARCHIVES

L’Institut pour la photographie réunit les points de vue des institutions, des agences de photographes et des auteurs pour échanger autour de la gestion des archives, son histoire et ses développements depuis l’analogique jusqu’au numérique.
La deuxième journée sera dédiée à la thématique du programme de soutien à la recherche lancé par l’Institut en 2018 : La photographie, objet de diffusion.
La diffusion de la photographie sera abordée à travers ses objets visuels : du tirage au livre et à l’outil numérique, du commerce d’agence à la photographie partagée, de la carte postale aux revues politiques. Naviguant alors entre histoire matérielle et histoire culturelle des images, la journée questionnera l’usage des photographies à l’endroit du cinéma, de l’art contemporain, des médias, et du politique. Catarina Boieiro, Aurélien Froment, Audrey Leblanc, Christel Pedersen et Raquel Scheffer menent leur recherches avec le soutien du Programme de l’Institut.

JOUR 1
Mardi 2 juillet

14H30
ACCUEIL

14H45
INTRODUCTION

15H
TABLE RONDE sur la conservation des archives photographiques
En partenariat avec la revue Transbordeur. Photographie. Image. Société.
Avec CLARA BOUVERESSE – Maitresse de conférences à l’Université d’Evry
PIERRE CIOT - Président de la Société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe Saif
SABINE SUSSTRUNK – Professeure et Directrice du Laboratoire d’images et représentation visuelle
(IVRL, IC) et Directrice de l’Institut des humanités
digitales (DHI, CdH), EPFL
DOMINIQUE VERSAVEL - Chef du service de la photographie au département Estampes et photographie de la Bibliothèque nationale de France et chargée des collections photographiques du XXe siècle

17H15
PRÉSENTATION du dossier « Câble, copie, code. Photographie et technologie de l’information » par le Comité de rédaction de la revue Transbordeur. Photographie. Image. Société.


JOUR 2
Mercredi 3 juillet

10H00 — 13H00
CHRISTEL PEDERSEN
« Greetings from Reykjavik - Disseminated Archives », parce que les années 60 et 70 voient le développement d’un réseau transnational et anti-institutionnel basé sur la dissémination de documentation et de photographies issues de la scène artistique islandaise.
Diplômée de l’University of Copenhagen et de l’Université Paris 8, Christel Pedersen est auteure, traductrice, chercheuse et commissaire indépendante.

CLÉMENT CHÉROUX
Présentation de l’exposition « Snap + Share, transmitting photographs from mail art to social networks », 2019 Conservateur en chef de la photographie du SFMoMA.

AURÉLIEN FROMENT
Le cinéma à une image de Pierre Zucca
Des photographies d’un autre temps, conçues pour faire la promotion de films dans la presse et les vitrines de cinéma, prennent la place des films qu’elles représentent sur le grand écran du théâtre d’Arles.
Aurélien Froment est artiste, il vit à Edimbourg où il enseigne la photographie au College of Art/University of Edinburgh.

WALTER MOSER
Au sujet des photographies de plateau
Directeur du département photographique à l’Albertina à Vienne, Walter Moser est le commissairede l’exposition « Film Still » en 2016.

MAGALI NACHTERGAEL ET ANNE REVERSEAU
Cartes postales, une anthropologie sauvage des images
Retour sur les réflexions et recherches sur l’image qui circule par excellence, en guise d’éclairage de l’exposition Cartes postales. Nouvelles d’un monde rêvé dont elles sont les commissaires aux Rencontres d’Arles 2019.
Magali Nachtergael est Maîtresse de conférences, Université Paris 13 et Anne Reverseau Collaboratrice scientifique FNRS, Université de Louvain.

LE ROMAN ALGÉRIEN, Katia Kameli, 2016, 15’
PROJECTION
Ce film pensé comme une immersion dans l’histoire algérienne, au travers d’une collection de cartes postales vendues dans une rue d’Alger, fait écho à l’iconographie coloniale et post-coloniale.

15H00 — 17H00
AUDREY LEBLANC
Diffuser sa cartographie du monde et de la société : iconographes et journaux télévisés de l’ORTF (1960-1986)
Les agences de photographies vendaient leurs images à l’ORTF. A l’interface de leur relation avec l’ORTF, les iconographes, dont le rôle dans la gestion des fonds participe d’une meilleure compréhension de la diffusion —par la gestion matérielle des images— d’une cartographie du monde et de valeurs dans l’espace médiatique.
Docteure en histoire et civilisations de l’EHESS, enseigne à l’université de Lille et co-anime le séminaire de recherche “Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images” au Cehta/EHESS.

ESTELLE BLASCHKE
Vers l’image augmentée. L’automatisation des structures informationnelles de la photographie.
Aujourd’hui, avec le traitement numérique des images, les données s’avèrent aussi précieuses que leur côté visuel, renversant ainsi notre conception même de l’image.
Chercheuse FNS senior, Faculté des lettres, Université de Lausanne.

CATARINA BOIEIRO
Une archéologie critique des images : la photographie comme objet de diffusion des luttes de libération (dans les pays africains de langue portugaise).
Une réflexion sur les usages contemporains de photographies produites en contexte colonial ou anticolonial ; exposer, assembler, déconstruire les images du passé, pour leur donner une «nouvelle vie» face à l’archive anticoloniale.
Diplômée de l’EHESS, commissaire indépendante et programmatrice, elle collabore avec la chercheure en études cinématographiques Raquel Schefer.

VITA NOVA, Vincent Meessen, 2009, 27’
PROJECTION
Vita Nova revisite une image parue en couverture de Paris Match en 1955 qui montre un enfant de troupe coloniale au salut devenue célèbre suite à sa déconstruction par Roland Barthes dans Mythologies (1957).