En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Exposition présentée par le Méjan

Droits de regards

1961-2011: Amnesty International et les photographes

4 juillet - 18 septembre

10H00 - 19H30

Depuis cinquante ans, Amnesty International témoigne de la violence du monde. Ses rapports et ses prises de parole dénoncent les violations des droits humains commises chaque jour dans le monde. La force de ses écrits a entraîné des prises de conscience et des mobilisations de citoyens du monde entier. Des chefs d’États, des gouvernements, des décideurs se sont ainsi régulièrement vus mis face à leur responsabilité. Mobilisés pour la défense des droits humains, ceux qui s’impliquent au sein d’Amnesty International portent en eux cette capacité d’indignation qui a animé les premiers combats de l’organisation créée par Peter Benenson. Interpellé par la condamnation de deux étudiants portugais (qui avaient osé porter un toast à la liberté en pleine dictature Salazar), cet avocat londonien publie le 28 mai 1961, dans The Observer, un premier appel à la mobilisation pour six prisonniers d’opinion. Informer, faire connaître, ne pas laisser sombrer dans l’oubli, établir les faits de la manière la plus objective possible... motive toujours l’ensemble du travail d’un mouvement qui a vite acquis une dimension internationale.
Si Amnesty International a choisi de s’associer à des grands noms du photojournalisme, ce n’est pas tant pour « célébrer » sa création que pour mesurer ce qu’un demi-siècle de combats et de mobilisations recouvre, pour prendre du recul sur ses engagements passés et à venir et en exposer les enjeux. Le propos n’est donc pas d’illustrer les actions et le travail d’Amnesty International, mais d’exposer et explorer la complémentarité, la correspondance et la convergence des écritures, pour donner à voir les dérives d’un monde complexe qu’Amnesty International dénonce et dont les photographes témoignent.
Certaines images pourront choquer. L’indignation constitue souvent le premier pas d’un engagement qui, de personnel et isolé, peut se conjuguer au pluriel pour que des combats « perdus d’avance » deviennent des victoires. C’est la conviction d’Amnesty International qui, cinquante ans après sa création, rassemble aujourd’hui plus de 3 millions d’hommes et de femmes unis par la conviction que la défense des droits humains est l’affaire de tous et requiert la mobilisation de chacun.
Depuis cinquante ans, Amnesty International témoigne de la violence du monde. Ses rapports et ses prises de parole dénoncent les violations des droits humains commises chaque jour dans le monde. La force de ses écrits a entraîné des prises de conscience et des mobilisations de citoyens du monde entier. Des chefs d’États, des gouvernements, des décideurs se sont ainsi régulièrement vus mis face à leur responsabilité. Mobilisés pour la défense des droits humains, ceux qui s’impliquent au sein d’Amnesty International portent en eux cette capacité d’indignation qui a animé les premiers combats de l’organisation créée par Peter Benenson. Interpellé par la condamnation de deux étudiants portugais (qui avaient osé porter un toast à la liberté en pleine dictature Salazar), cet avocat londonien publie le 28 mai 1961, dans The Observer, un premier appel à la mobilisation pour six prisonniers d’opinion. Informer, faire connaître, ne pas laisser sombrer dans l’oubli, établir les faits de la manière la plus objective possible... motive toujours l’ensemble du travail d’un mouvement qui a vite acquis une dimension internationale.Si Amnesty International a choisi de s’associer à des grands noms du photojournalisme, ce n’est pas tant pour « célébrer » sa création que pour mesurer ce qu’un demi-siècle de combats et de mobilisations recouvre, pour prendre du recul sur ses engagements passés et à venir et en exposer les enjeux. Le propos n’est donc pas d’illustrer les actions et le travail d’Amnesty International, mais d’exposer et explorer la complémentarité, la correspondance et la convergence des écritures, pour donner à voir les dérives d’un monde complexe qu’Amnesty International dénonce et dont les photographes témoignent.Certaines images pourront choquer. L’indignation constitue souvent le premier pas d’un engagement qui, de personnel et isolé, peut se conjuguer au pluriel pour que des combats « perdus d’avance » deviennent des victoires. C’est la conviction d’Amnesty International qui, cinquante ans après sa création, rassemble aujourd’hui plus de 3 millions d’hommes et de femmes unis par la conviction que la défense des droits humains est l’affaire de tous et requiert la mobilisation de chacun.

Présentation de Pauline David et Pierre Huault (Amnesty International).
Textes et commentaires de Michel Christolhomme.
Exposition présentée au Magasin Électrique, Parc des Ateliers.
Présentation de Pauline David et Pierre Huault (Amnesty International).
Textes et commentaires de Michel Christolhomme.
Exposition présentée au Magasin Électrique, Parc des Ateliers.