En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Exposition présentée par le Méjan

Christophe Agou

4 juillet - 18 septembre

10H00 - 19H30

Le projet de Christophe Agou Face au silence s’est vu décerner le 17 e prix européen du livre de photographie (European publisher’s award for Photography).
Déjà remarqué par la critique internationale pour plusieurs travaux (notamment Life Below, 2004, une traversée en noir et blanc du métro new-yorkais), Christophe Agou, né à Montbrison (Loire), petite commune située au pied des monts du Forez, quitte la France en 1992 pour s’ins- taller à New York. Cet exil précoce et volontaire, cette soif d’immersion dans un monde tout autre, est à l’image de l’œuvre que Christophe Agou développe depuis une vingtaine d’années : une exploration empirique et intuitive d’univers, de situations, d’êtres, qu’il appréhende par imprégnations progressives et dont il ne rend compte qu’au moment où il se sent entré en résonance intime avec eux.
Durant l’hiver 2002, Christophe Agou revient dans sa région du Forez et parcourt ces âpres territoires dont il n’a rien oublié. Il y fait la connaissance de familles d’agriculteurs dont il devient un proche. Face au silence, fruit de huit années de rencontres et de partage, ne constitue en rien un documentaire sur une certaine forme de ruralité dans la France de ce début de siècle. Les seuils des fermes que Christophe Agou franchit pour nous s’ouvrent sur des visages d’hommes et de femmes qui forcent le respect et incitent à une méditation solitaire.
À la manière d’une chronique rythmée par de saisissants bien qu’immobiles travellings, la « matière » et la texture quotidienne des vies, des travaux, des éléments, se donnent ici à voir dans une réalité presque organique.
Journal intime et singulier d’existences gouvernées par les nécessités du labeur et le poids des saisons, Face au silence, par la puissance contenue et empathique de sa vision, parvient à nous congédier de notre posture de spectateur pour nous faire appartenir – le temps d’un film – à une communauté de destins.
Le projet de Christophe Agou Face au silence s’est vu décerner le 17e prix européen du livre de photographie (European publisher’s award for Photography). Déjà remarqué par la critique internationale pour plusieurs travaux (notamment Life Below, 2004, une traversée en noir et blanc du métro new-yorkais), Christophe Agou, né à Montbrison (Loire), petite commune située au pied des monts du Forez, quitte la France en 1992 pour s’installer à New York. Cet exil précoce et volontaire, cette soif d’immersion dans un monde tout autre, est à l’image de l’œuvre que Christophe Agou développe depuis une vingtaine d’années : une exploration empirique et intuitive d’univers, de situations, d’êtres, qu’il appréhende par imprégnations progressives et dont il ne rend compte qu’au moment où il se sent entré en résonance intime avec eux. Durant l’hiver 2002, Christophe Agou revient dans sa région du Forez et parcourt ces âpres territoires dont il n’a rien oublié. Il y fait la connaissance de familles d’agriculteurs dont il devient un proche. Face au silence, fruit de huit années de rencontres et de partage, ne constitue en rien un documentaire sur une certaine forme de ruralité dans la France de ce début de siècle. Les seuils des fermes que Christophe Agou franchit pour nous s’ouvrent sur des visages d’hommes et de femmes qui forcent le respect et incitent à une méditation solitaire. À la manière d’une chronique rythmée par de saisissants bien qu’immobiles travellings, la « matière » et la texture quotidienne des vies, des travaux, des éléments, se donnent ici à voir dans une réalité presque organique. Journal intime et singulier d’existences gouvernées par les nécessités du labeur et le poids des saisons, Face au silence, par la puissance contenue et empathique de sa vision, parvient à nous congédier de notre posture de spectateur pour nous faire appartenir – le temps d’un film – à une communauté de destins.

Exposition présentée au Magasin Électrique, Parc des Ateliers.