En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

CARTE BLANCHE OLYMPUS

KLAVDIJ SLUBAN

HABITER L’EXIL.

1 juillet - 22 septembre

10H00 - 19H30

Olympus propose une carte blanche chaque année à un photographe dans le cadre des Rencontres d’Arles. Après Jean-Christian Bourcart, Stanley Greene et Denis Darzacq, c’est au tour de Klavdij Sluban d’investir cette année l’espace d’Olympus à l’hôtel d’Arlatan, pour toute la durée du festival. Le photographe présente une exposition sur Hautevillle House, la maison de Victor Hugo à Guernesey. Que Klavdij Sluban soit tombé sous le joug de cette demeure hantée par l’esprit et le génie crépusculaire de l’écrivain ne nous étonne pas. La nature ténébreuse de l’œuvre que Klavdij Sluban mène depuis vingt ans devait immanquablement le conduire dans le labyrinthe obscur de cette maison de l’exil régie par les forces d’un écrivain qui a écrit là, en aplomb des courants atlantiques, ses plus grands textes. Il faut être un photographe nyctalope pour œuvrer dans un sanctuaire chargé d’embruns, de tapisseries, de boiseries, de lambris, et percevoir, derrière l’opacité des parois, par-delà les cloisons, au secret d’un coffre ou d’une armoire, au détour d’un escalier étroit, percevoir donc l’esprit des lieux, les secrets d’une habitation où les miroirs convexes renvoient, comme un œil photographique déformant, le mystère des tables tournantes et des ombres chinoises. Il faut être un photographe voyant pour lire entre les lignes d’une maison palimpseste dont il est impossible de déchiffrer toutes les énigmes, une demeure toute en ténèbres et irradiations, dont Klavdij Sluban fait tantôt une boîte noire, tantôt une boîte à lumière. Et si ses images sépulcrales sont régies, comme il le dit si bien lui-même, par le «sombre obscur» et «le clair obscur », c’est parce qu’aux frontières du visible, il y a encore du grain à moudre, la matière vivante d’une mince feuille de papier, les reflets brouillés des trumeaux piqués par le temps, les étoiles mortes d’un astre.

Natacha Wolinski

Series taken with the Olympus OM-D cameras.
Exhibition venue: Hôtel d’Arlatan.