En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.   En savoir plus Fermer

Prix

BOURSE DE RECHERCHE CURATORIALE
LE LAURÉAT

Le lauréat de la quatrième bourse de recherche curatoriale des Rencontres d'Arles est Matthieu Orléan pour le projet La place du scrapbook dans la pratique du cinéma expérimental.

L’enjeu de ce travail de recherches ne sera pas d’étudier la place des scrapbooks dans l’Histoire de l’art, mais l’usage particulier qu’en ont fait des cinéastes expérimentaux de la deuxième moitié du XXe siècle en lien, direct ou indirect, avec leur pratique de cinéma, en l’occurrence souvent en pellicule argentique (aussi bien dans les années 1950 qu’aujourd’hui). Les scrapbooks, nés du prélèvement de différentes typologies d’images, ont tous une fonction mémorielle, mais ceux réalisés par les cinéastes étudiés ici (Stan Brakhage, Derek Jarman, Shuji Terayama) en sont aussi la limite, et l’envers critique : il s’agit d’une mémoire à l’œuvre éminemment plurielle, non réductible à une chronologie, et ne se souciant pas de transmission interpersonnelle, comme c’est le cas dans un grand nombre de pratiques diaristes. Ces scrapbooks sont révélateurs d’une autofiction polyphonique et subjective, où la mémoire fonctionne selon un principe de montage, et non pas de juxtaposition. Un montage - pour reprendre un terme à dessein cinématographique - entre l’émotionnel et le social, l’intime et l’universel, l’amateurisme et le technologique.

La bourse de recherche curatoriale des Rencontres d'Arles reçoit le généreux soutien de Jean-François Dubos.


MATTHIEU ORLÉAN

Né en 1975 à Paris, France. 
Vit et travaille à Paris.

Matthieu Orléan est collaborateur artistique auprès de La Cinémathèque française, chargé des expositions temporaires depuis 2004. Il a notamment été le commissaire des expositions Dennis Hopper et le Nouvel Hollywood (2008), Le Monde enchanté de Jacques Demy (2013), Martin Scorsese (2015) et Gus Van Sant Icônes (2016). Il écrit depuis 1998 sur le cinéma et les arts plastiques pour la presse et pour différents ouvrages (Chantal Akerman, Autoportrait en cinéaste et Raymond Hains, J’ai la mémoire qui planche aux éditions du Centre Pompidou). En 2011 sort aux Éditions de l’œil son ouvrage consacré au cinéaste Paul Vecchiali, La Maison cinéma.
Posté le 28.01.2021