Ajax loader

Géraldine Lay - Les Failles ordinaires, Tromso, Norvège, 2009. Avec l'aimable autorisation de la galerie Le Réverbère.

Géraldine Lay

LES FAILLES ORDINAIRES

Entre 2005 et 2010, je me suis régulièrement rendue dans les pays du nord de l’Europe : Finlande, Suède, Norvège, Écosse, Danemark, ainsi qu’à Paris et Beauvais. J’avais l’impression d’être à la fois dans un univers familier mais aussi d’être plongée dans un monde étrangement extraordinaire. Cette série est un mélange de portraits, d’objets trouvés et de paysages. Je photographie les passants comme s’ils étaient les acteurs d’une scène, les lieux comme s’ils étaient des décors de cinéma. Rien ne relie les villes que j’ai parcourues, seul mon imaginaire construit entre elles un récit improbable, une autre fiction. Les passants semblent jouer une pièce indéterminée, comme si chacun se mettait à vivre un songe fugitif. Ces visages croisés s’effacent derrière le rôle que mon regard leur assigne : la rue devient le lieu d’une comédie.

Jacques Damez, photographe et fondateur de la galerie Le Réverbère à Lyon, a écrit à propos d’une photographie réalisée à Turku en Finlande : « La fascination des associations, des rencontres qui font glisser le réel vers l’irréel, travaille la matière de ces failles ordinaires. Ainsi un enfant assis devant un drapé rouge dans son cadre doré nous regarde en face, le seul écran qui nous sépare de lui est celui des flocons de neige, son rêve est de devenir marin, lui qui tient fermement un petit bateau de bois dans sa main droite, et pourtant il est à jamais amarré au cadre de la peinture qui l’enferme. »


www.geraldinelay.com


Exposition réalisée en partenariat avec l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles.

Géraldine Lay

Née en 1972 à Mâcon.

Vit et travaille à Arles.


Diplômée de l’ENSP en 1997, Géraldine Lay s’est associée à Céline Clanet, François Deladerrière et Geoffroy Mathieu pour un projet collectif publié sous le titre : Un mince vernis de réalité (Filigranes). En 2006, elle initie une série de portraits dans les rues de Rome grâce à une bourse du Septembre de la photographie de Lyon. Elle poursuit cette recherche dans Les failles ordinaires dans le du nord de l’Europe grâce à une bourse de la région PACA et de la DRAC (2007-11). Le centre d’Art contemporain de Saint-Gaudens et Image/imatge à Orthez puis Phautomnales l’ont invitée en résidence. La série sera publiée aux éditions Diaphane sous le titre Où commence la scène, accompagnée d’un texte de François Bon. Ses images ont aussi été exposées à l’Espace Malraux à Chambéry, à l’Atelier de Visu à Marseille, à la galerie Le Réverbère à Lyon, à Paris Photo, à l’artothèque de Grenoble et à la galerie du Château d’Eau de Toulouse. Les failles ordinaires avec un texte de J. Damez sera publié chez Actes Sud à l'occasion de cette exposition. Depuis 2005, Géraldine Lay est représentée par la galerie Le Réverbère à Lyon.

Capitole, chapelle Saint-Laurent

> 2 septembre

5 €

(tarification spéciale, hors forfait des Rencontres d'Arles)