Ajax loader

Geoffroy Mathieu - Composition, col de la Chavade, Ardèche, 11 février 2005, 20 février 2007, 13 février 2010, 10 février 2011.

Bertrand Stofleth
ENSP 2002
& Geoffroy Mathieu
ENSP 1999

LA DYNAMIQUE DES PAYSAGES

ÉTAPE DE L’OBSERVATOIRE PHOTOGRAPHIQUE DU PAYSAGE DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES MONTS D’ARDÈCHE (2005-2012)

Un observatoire photographique du paysage consiste à mettre en place, sur un territoire, une veille photographique afin d’évaluer ses évolutions. Dans ce type de projet, il s’agit pour le photographe de produire un objet esthétique capable à la fois de prendre sa place en tant qu’oeuvre artistique et comme production documentaire, faisant ainsi sens dans d’autres domaines (historique, sociologique...), l’intention étant que l’ensemble des acteurs du territoire, du technicien d’aménagement au touriste, de l'élu à l'habitant, puissent s’approprier ces représentations.

Notre démarche a été, au-delà du relevé topographique, d’établir un état des lieux, reconduit de saison en saison, d’année en année. Nous avons pour cela recherché nos points de vue selon une démarche d’arpentage du territoire systématique, aléatoire et empirique. Nous avons pris soin de rendre compte de la diversité et de la richesse des espaces parcourus. Notre intention s’est doublée d’une volonté d’organiser ces territoires comme autant de sculptures ou d’installations réalisées par la main de l’homme, par l’environnement, ou par l’écoulement du temps. Nous avons ainsi peu à peu pris la mesure de l'épaisseur de ces paysages, comme s’il s’agissait de couches de sédiments superposées.

Les multiples temporalités rencontrées à travers les paysages parcourus nous ont conduis à établir une sorte d'archéologie prospective du paysage. De sites supposés à forts potentiels de mouvements à d’autres vraisemblablement figés, nous avons cherché à décliner à travers nos photographies et leurs reconductions à venir, les différentes potentialités d’un même lieu. Envisager un territoire avec une telle perception, c’est proposer une vision singulière d'un paysage qui devient un objet esthétique, une somme d’intentions et d’abandons en devenir. C'est un jeu intellectuel qui propose une vision dynamique du paysage.


Bertrand Stofleth et Geoffroy Mathieu


www.bertrandstofleth.com

www.geoffroymathieu.com


Travail réalisé avec le soutien du parc naturel régional des monts d’Ardèche.

Geoffroy Mathieu

Né en 1972 à Boulogne-Billancourt.

Vit et travaille à Marseille.


On trouve au coeur du travail de Geoffroy Mathieu les séries Un mince vernis de réalité (Éditions Filigranes 2005), Parcelles et Canopée, résultat d’une pratique quotidienne et contemplative. Dans son travail Dos à la mer (Éditions Filigranes en 2009), il parcourt le monde urbain méditerranéen à la recherche des petites résistances qui modifient le paysage urbain. Dans la série Mue, paysage autour du chantier du viaduc de Millau 2002-2005 (Images en Manoeuvre, 2005), et au travers des commandes de l’observatoire photographique du paysage pour le parc naturel des Monts d'Ardèche (depuis 2005) et pour la communauté de Communes de la vallée de l'Hérault (depuis 2010), il aborde les questions des mutations du paysage. À la croisée de ses préoccupations urbaines et rurales, il travaille actuellement sur un nouveau projet traitant de la ville et la nature à Tanger, Marseille, Édimbourg et Katowice ainsi qu’à la mise en place, en binôme avec Bertrand Stofleth, d’un observatoire photographique du paysage depuis le chemin de grande randonnée périurbain GR2013, en partenariat avec Marseille Provence 2013 et le Centre national des arts plastiques.


Bertrand Stofleth

Né en 1978 à Châtenay-Malabry.

Vit et travaille à Lyon.


Les recherches artistiques de Bertrand Stofleth portent sur les modes d’habitation des territoires et interrogent les paysages dans leurs usages et leur représentation. Dans la série Autour du belvédère (2001-05), il travaille sur l’écriture d’une mémoire à partir d’une géographie recomposée. Les observatoires photographiques du paysage menés au sein du PNR des monts d'Ardèche (depuis 2005) et dans la vallée de l'Hérault (depuis 2010), sont une exploration dans le temps des transformations du territoire. Ces travaux sur les mutations du paysage se poursuivent depuis 2011 en milieu urbain dans le cadre de résidences artistiques au sein du centre hospitalier de Chambéry et au coeur de grands ensembles résidentiels à Bron. Avec le travail Rhodanie, paysages déclassés (depuis 2008), il constitue, par le biais de mises en scène, une iconographie du quotidien intégrant les différents aménagements et usages d’un fleuve. Il poursuit sa collaboration avec Geoffroy Mathieu, en partenariat avec Marseille Provence 2013 et le Centre national des arts plastiques.

Grande Halle

> 23 septembre

10h - 20h

11 €


> billetterie