Ajax loader

Monique Deregibus - Enfant laotien endormi, Luang Prabang, Laos, 2005.

Monique Deregibus
ENSP 1987
& Arno Gisinger
ENSP 1994

TOUT SEMBLE AVOIR ÉTÉ DIT

Alain Leloup propose une exposition de Monique Deregibus et Arno Gisinger dans laquelle les deux artistes questionnent le regard porté sur les traces de l'Histoire dans le monde présent et le statut de leurs propres images photographiques.

L’exposition de leurs travaux sur des cimaises reprenant la forme d'un huit éclaté permet de faire se rencontrer, se court-circuiter, se croiser les différents enjeux de la représentation. Les images de l'un entrent ainsi dans une relation dialectique avec les images de l'autre, jouant de leur complicité, parfois de leur disjonction. Ce désir particulier est né d'une confiance réciproque et d'une sensibilité commune, adossé à la volonté affirmée d'en découdre avec la signature d'un seul.

C'est à partir d'un axe médian, d'un centre focal en quelque sorte, que s'effectue le rapprochement spatial entre deux géographies distantes : les regardeurs de la série 12 Betrachterbilder (Observateurs d’images) d’Arno Gisinger font face aux portraits d’enfants laotiens endormis de Monique Deregibus. Cette confrontation soulève la question conceptuelle du regard : qu'est ce que voir ? Regarder ? Qu’en est-il du leurre ontologique de la surface séduisante de l’image ? Et qu'est-ce que le monde observé par la photographie peut encore attendre de notre interprétation ?

Une réappropriation d'un moment d'une histoire lacunaire, restitué au présent de la rencontre avec l'image photographique peut alors advenir pour le visiteur et faire surgir du sens, de l'émotion, parfois une réminiscence.

Ce partage d'expériences sensibles d'un monde regardé par la guerre et la destruction constitue un vaste chantier à ciel ouvert qui déconstruit peu à peu la logique particulière de chacun. Cette exposition, à la fois grave et légère, interstice privilégié dans l'emballement généralisé du présent et de ses outrances, joue des rencontres fortuites et des multiplicités de lieux en présence, sans hiérarchie, suggérant au spectateur une arborescence de lectures possibles.


Monique Deregibus, Arno Gisinger, artistes, et Alain Leloup, commissaire de l’exposition, ancien directeur de l’ENSP.


Commissaire : Alain Leloup.


www.documentsdartistes.org/deregibus

www.arnogisinger.com

Monique Deregibus

Née en 1955 à Marseille.

Vit et travaille à Marseille.


Après des études de lettres et de cinéma à l'université d'Aix, elle est diplômée de l'ENSP d’Arles en 1987. Son travail est depuis lors régulièrement montré en France et à l’étranger. Chacune des séries photographiques proposées est consacrée à un territoire spécifique, tantôt proche (quartier de Valence-le-Haut, Vallée du Rhône, Marseille), tantôt lointain (Nouveau Mexique, Odessa, Sarajevo, Beyrouth, Nicosie, Las Vegas). Le détour par le livre (Tour de l'Europe en co-édition entre la DRAC Rhône-Alpes et les Beaux-Arts de Valence, Hôtel Europa et I love you for ever Hiba, tous deux aux éditions Filigranes) semble être une condition nécessaire à l'élaboration de ses différents projets. Monique Deregibus tente, dans ses récits photographiques, de maintenir à vif une violence en représentation qui aurait pour équivalent intime l'acte même de la photographie. Elle a par ailleurs enseigné la photographie aux Beaux-Arts de Valence de 1988 à 2004, ainsi qu'à l’ENSP de 2000 à 2004. Depuis 2004, elle est professeur aux Beaux-Arts de Lyon.

Arno Gisinger

Avec l'aimable autorisation de l'artiste.


Arno Gisinger

Né en 1964 en Autriche.

Vit et travaille à Paris.


Arno Gisinger développe depuis quinze ans une pratique artistique pluridisciplinaire liant photographie et historiographie. Après des études d’histoire et de philologie allemande à Innsbruck, il sort de l’ENSP en 1994. Cette double formation l’amène à travailler sur les relations entre mémoire, histoire et représentations photographiques. Inspirés par la pensée allemande de l’entre­deux­guerres et les méthodes de la nouvelle histoire, ses projets proposent une relecture contemporaine des lieux et non-lieux de mémoire. Son travail met à l’épreuve la représentation visuelle du passé à travers ses différentes formes de transmission : témoins, objets, lieux. La fonction de l’archive, le statut du document et la parole du témoin sont au coeur de ses préoccupations. Artiste en résidence à Londres en 1995-1996, à Paris en 2004 et au Vietnam en 2007, Gisinger enseigne à Paris 8 et à l'École supérieure d'art de Lorraine. Il a publié plusieurs ouvrages, dont Konstellation Benjamin, Imagined Wars ou Unsichtbare Stadt, expose régulièrement et prépare pour 2012-2013 une rétrospective en collaboration avec quatre lieux d’exposition en Allemagne, en France, en Autriche et en Suisse.

Grande Halle

> 23 septembre

10h - 20h

11 €


> billetterie